Je n’ai jamais vu plus beau visage que sa voix

Une création sonore autour des archives sonores de la poétesse et femme de radio Angèle Vannier (1917-1980), conçue avec Jeanne L’Hévéder et diffusée sur France Culture le 22 juin 2024.

 » ‘Je n’ai pas jamais vu plus beau visage que sa voix’, c’est le récit de notre rencontre avec la poétesse et femme de radio Angèle Vannier, et de la découverte de ses archives sonores : ses émissions de radio et les nombreuses cassettes sur lesquelles elle s’enregistrait. Nous enregistrons à notre tour. Au fil d’une succession de tableaux passés et présents, un dialogue s’installe, rythmé par le souffle du magnétophone et le son de l’horloge : cela crée des interférences, des échos, nous jouons à colin-maillard avec le magnéto. » Jeanne et Anne

Angèle Vannier au magnéto dans les années 1970 – collection Myrdhin / droits réservés

[Cassette d’Angèle Vannier – sans titre – mars 1975] 

Souffle du magnétophone – Clac
L’horloge, comme un métronome
Et la voix d’Angèle qui surgit :

« Regagner le jour — oui – mais comment ? —- par la voix — en écoutant la voix — et l’expression d’un visage
– et même l’expression d’un sourire — passe dans la voix —- De ma vie — je n’ai jamais vu plus beau visage que sa voix — plus beau visage – mis à nu — par le silence de mes doigts – Clac – Regagner le jour — Ressusciter les couleurs — arc-en-ciel —- entre la pluie et le sommeil — l’aveugle touche l’arc-en-ciel — l’aime — le respire — et l’écoute. Clac »

Cassettes d’Angèle Vannier – collection Nicole Laurent-Catrice / Anne Kropotkine

Avec Jeanne, nous avons rassemblé une centaine de cassettes d’Angèle Vannier, inédites, dispersées chez ses proches. Sur ces cassettes, nous avons découvert la voix singulière et captivante d’Angèle Vannier : ses brouillons et ses expérimentations poétiques, ses extraits de journal et de correspondance, ses répétitions de récitals, des musiques ou encore ses entretiens à la radio.

Née le 12 août 1917, à Saint-Servan, en Bretagne, Angèle Vannier passe une grande partie de sa vie au Châtelet, une grande demeure à Bazouges-la-Pérouse au nord de Rennes.
Elle perd la vue à l’âge de 21 ans et tout son univers poétique découle de cette « entrée dans la nuit ». Angèle Vannier se nomme elle-même « femme-parole » et appréhende sa poésie de manière très orale.
Après-guerre, elle se fait remarquer dans les milieux littéraires parisiens, notamment grâce aux poètes Théophile Briant et Paul Éluard. Ses poèmes sont publiés chez Seghers, Rougerie… Elle écrit des chansons comme Le Chevalier de Paris (interprétée par Édith Piaf, Catherine Sauvage ou encore Frank Sinatra) et elle donne de nombreux récitals en Europe (Belgique, Suisse, Allemagne, Turquie…). Elle produit également une centaine d’émissions poétiques, notamment des lectures de poèmes théâtralisées mêlant musique concrète et psychédélique (RTF, France Culture, Radio Bretagne, Radio Lausanne…). Parmi ses émissions sur la Radio Télévision Française puis sur France Culture, on peut citer : La planète aux chansons (1951), Poètes et planètes (1955), Le sang des nuits (1967), Espaces d’autres transparences (1969) ou encore Chroniques du sommeil (1970).

Après un long séjour à Paris, elle revient vivre en 1973 dans la maison de son enfance à Bazouges-La-Pérouse. Dans la “salle” de cette demeure, Angèle Vannier fabrique, à l’aide d’un ou de plusieurs magnétophones, des montages sonores, qui participent à l’éclatement de sa poésie. 
Elle meurt le 2 décembre 1980, au Châtelet, à l’âge de 63 ans.

Si Angèle Vannier a connu ses heures de gloire dans les années 1950 et 1960, son œuvre, son nom et sa voix ont été largement oubliés, lors de ces dernières décennies.
Grâce à l’exploration de ces archives inédites ou inexplorées, et aux témoignages de ses proches, cette création sonore tente de faire revivre l’univers et la poésie d’Angèle Vannier, et d’interroger sa pratique radiophonique.
C’est donc une histoire d’archives, de magnéto, de poésie et de radio. C’est aussi une histoire de matrimoine et de transmission.

Générique

Avec : la voix d’Angèle Vannier, sur ses cassettes et à la radio

Ainsi que :

  • Jeannine Barbé, ancienne employée de maison d’Angèle Vannier
  • Et sa fille, Marielle Barbé Champion
  • Françoise Bobon, ancienne demoiselle de compagnie d’Angèle Vannier
  • Serge Bouvier, peintre
  • Nicole Laurent-Catrice, poétesse
  • Julien Mérieau, artiste sonore et plasticien, fondateur de Radio Mulot
  • Myrdhin, harpeur
  • Jean-Pierre Siméon, poète

Chant et harpe : Myrdhin

Composition électro-acoustique : Jeanne L’Hévéder

Extraits :

  • Extraits poétiques d’Angèle Vannier enregistrés sur ses cassettes issus du fonds Angèle Vannier : collections de Nicole Laurent-Catrice, Myrdhin et Jean-Pierre Siméon

Extraits d’archives radiophoniques (par ordre d’apparition)

  • Paradoxes de Gisèle Parry, présentateur : Alain Bosquet, entretien avec Angèle Vannier, France Culture, 1972.
  • Qui êtes-vous ? d’André Gillois, présentateur : Jean Guyot, avec Angèle Vannier, Radio Télévision Française, 1950.
  • De la nuit de Gilbert Maurice Duprez, avec Angèle Vannier, France Culture, 1977.
  • Entretien avec Angèle Vannier par Yves Philippe, Radio Armorique, années 1970. (cassette)
  • Générique du Sang des nuits, émission de poésie d’Angèle Vannier, France Culture, 1967.
  • Générique de Chroniques du sommeil, émission de poésie d’Angèle Vannier, France Culture, 1970.
  • Entretien avec Angèle Vannier par Laurence Gueguen, date inconnue (années 1970), Radio Armorique. (cassette)
  • L’Étoile de la chance de Marguerite Taos, avec Angèle Vannier, RTF, 1962.
  • La maison de vos rêves de Pierre Lhoste, avec Angèle Vannier, 1962.

Extraits musicaux (par ordre d’apparition) :

  • Erik Satie, Gymnopédie n°1, arrangement pour violon et ensemble instrumental, Orchestre de chambre anglais, direction Nigel Kennedy, EMI, 1999. (Angèle Vannier aimait beaucoup les Gymnopédies)
  • Le Chevalier de Paris (Ah! Les pommiers doux), chanson écrite par Angèle Vannier interprétée par Édith Piaf et composée par Philippe Gérard, Enoch & Cie, 1950.
  • The Droids, « (Do You Have) The Force? », Star Peace, Barclay, 1978. (cassette)
  • Félix Mendelssohn, Concerto en mi mineur, opus 64, Allegro molto appassionato, Philharmonie de Berlin, direction Herbert von Karajan, 1981. (Angèle Vannier jouait ce morceau au violon)
  • La Fille aveugle, chanson écrite par Angèle Vannier interprétée par Catherine Sauvage, et composée par Philippe Gérard, Enoch & Cie, 1950.
  • Astor Piazzolla, Tango Futur, Vinyl Album, 1975, RCA Records. (cassette)

Archives INA : Inès Barja

Prise de son : Benjamin Troncin et Cédric Chatelus

Mixage : Manuel Couturier

Réalisation : Marie-Laure Ciboulet

Une création sonore de Jeanne L’Hévéder et Anne Kropotkine

Avec le soutien du département d’Ille-et-Vilaine, du Ministère de la Culture via le dispositif d’aide sélective aux autrices et auteurs de podcasts et de créations radiophoniques, de Superflux et de Micro-sillons.

Un grand merci : à toutes les personnes qui ont accompagné le processus de création sonore et la constitution du fonds d’archives Angèle Vannier ; 
à l’ensemble des personnes interviewées ;

à Nicole Laurent-Catrice, Myrdhin et Jean-Pierre Siméon, pour leurs collections de cassettes d’Angèle Vannier ;
à Mylène Le Guyader et Gilles Thomas, nièce et neveu, ayant-droits d’Angèle Vannier ;
à David Chevrier et Superflux – Voir l’art se faire ;
à Julien Mérieau pour son initiation à la réparation de magnétos ;

à l’équipe des Archives et du Département d’Ille-et-Vilaine ;
à l’équipe de la médiathèque Angèle Vannier (Bazouges-la-Pérouse) et au réseau des bibliothèques de Couesnon Marches de Bretagne ;
aux collèges Angèle Vannier (Maen Roch) et Pierre Perrin (Tremblay) ;
à Françoise Louis-Roger, Béatrix Balteg et Dominique Bodin ; en mémoire de Dodik Jégou ;

à Lucile Fardouet et Julien Chevereau ;
à Christine, Florian, Mireille, Norbert, Sophie, Suzanne et Yves.

Pour en savoir plus

Ouverture du fonds Angèle Vannier aux Archives Départementales d’Ille-et-Vilaine
A l’initiative du collectif de création sonore Micro-sillons auquel nous appartenons avec Jeanne, et avec l’aide des proches et des ayant-droits d’Angèle Vannier, un fonds est en cours de constitution aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine pour rassembler toutes les archives de la poétesse.

Bibliographie d’Angèle Vannier

  • Les Songes de la lumière et de la brume, Éditions Savel, préface de Théophile Briant, 1947.
  • L’Arbre à feu, Éditions Le Goéland, préface de Paul Éluard illustré par Claude Roederer, 1950.
  • Avec la permission de Dieu, Seghers, illustré par Louis-Roger, 1953.
  • À hauteur d’ange, La Maison du Poète, 1955.
  • Choix de poèmes, Seghers, 1961.
  • Le Sang des nuits, Seghers, postface d’André Guimbetière, 1966.
  • La Nuit ardente, Flammarion, 1969. -roman-
  • Théâtre blanc, Rougerie, 1970.
  • Le Rouge cloître, Rougerie, 1972.
  • L’Âtre utérin, revue Clivages n° 2, 1974.
  • Profil de l’énigme ou Femme pluriel, revue Nard n° 6, 1975.
  • Ordination de la mémoire, Rougerie, 1976.
  • Poésie verticale I et II, Éditions Roche Sauve, 1976-1977.
  • L’Écharpe rouge et les Chiens bleus, revue l’Immédiate n° 10, 1977.
  • Otage de la nuit (essai) suivi de Parcours de la nuit (poèmes), Éditions Librairie bleue, 1978.
  • Brocéliande que veux-tu ?, Rougerie, 1978.

Ouvrages consacrés à Angèle Vannier

  • Ronde autour d’Angèle Vannier, Alternances, numéro spécial, 1956.
  • Elisabeth Affolter dite Zil, Rythmes Visages (Paroles d’Angèle Vannier “femme, poète, celte et aveugle”), les Cahiers d’ERE, 1995.
  • Dominique Bodin et Françoise Coty, Angèle Vannier (1917-1980). La traversée ardente de la nuit, Editions Cristel, 2016.
  • Collectif, revue Arpa, Cahier spécial Angèle Vannier, 1990.
  • Collectif, Pierre éclatée, revue des Rencontres poétiques internationales de Bretagne, 1990.
  • Collectif, Femmes de lettres en Bretagne, matrimoine littéraire et itinéraires de lecture, Éditions Goater, 2021.
  • Nicole Laurent-Catrice, Angèle Vannier et la Bretagne, Blanc Silex, 2004.
  • Nicole Laurent-Catrice, Demeure d’Angèle Vannier, suivi de Douze poèmes d’Angèle Vannier, Les Éditions sauvages, collection La Pensée Sauvage, 2017.
  • Nicole Laurent-Catrice, Profil de l’énigme. Approche d’Angèle Vannier, à paraître.
  • Céline Pardo, La poésie hors du livre. La poésie à l’ère de la radio et du disque (1945-1965), Presses de l’Université Paris-Sorbonne – INA, 2015.
  • Anne-Marie Suire, Présence de la Nuit, une lecture de l’œuvre poétique d’Angèle Vannier, 1917-1980, Editions Clapas, 2016.

Jeanne L’Hévéder, Jeannine Barbé et Anne Kropotkine à Bazouges-La-Pérouse, avril 2024, près du Châtelet, ancienne demeure d’Angèle Vannier / crédit photo :  thomascrabot.com